lundi , 21 août 2017

Pourquoi des fenêtres alu

Les fenêtres en aluminium étaient réservées il y a encore une dizaine d’années aux administrations, aux bâtiments publics, aux entreprises, de façon générale dans les endroits à fort passage, et on les trouvait aussi pour des raisons de rigidité évidente dans les vérandas.

Le problème rencontré par ces profils était que l’aluminium étant un matériau conducteur, le pont thermique engendré rendait l’intérieur des constructions avec ces fenêtres en aluminium chauds l’été, et froids l’hiver : l’aluminium faisait aussi bien rentrer la chaleur que le froid, c’était le point faible de ce système.

Une avancée technique significative va totalement transformer la donne : la possibilité d’inclure, de sertir, des barrettes en polyamide dans les profilés eux-mêmes. Ces barrettes en polyamide, un dérivé du nylon, n’étant pas conductrices thermiquement, le fait de les intercaler entre l’intérieur et l’extérieur crée ce que l’on appelle un pont thermique.

En d’autres termes, le froid extérieur, ou la chaleur, vont porter à une certaine température le profilé extérieur. Mais comme l’ouverture en question n’est plus faite d’un seul bloc, mais de deux blocs séparés par du polyamide, alors le bloc (la demi coque) extérieur ne peut plus transmettre ni le froid ni le chaud au bloc intérieur (l’autre demi coque).

Cette découverte, qui tient autant de l’invention que du progrès dans les méthodes de fabrication (on sertit les barrettes dans les profilés aluminium en faisant « courir » une machine équipée de roulettes, qui prennent la barrette en étau et resserrent l’aluminium sur le polyamide), permet de fabriquer toute sortes de châssis, que cela soit pour les particuliers ou encore les entreprises.

Bien sûr, cette technique a encore évolué, et maintenant les barrettes ne sont plus seulement serties : l’industrie les insère avec des fils d’époxy enduits de colle thermique, et on les passe au four afin de sceller l’ensemble, ce qui lui confère une plus grande rigidité.

La seconde avancée significative des ouvertures en aluminium est la couleur.

Naturellement, l’aluminium est un matériau qui s’oxyde, aussi étonnant que cela puisse paraître. En effet, sur une couche de 5 à 10 nanomètres, le contact de l’air sur le matériau altère la couche extérieure de l’aluminium, chose pratiquement invisible à l’œil nu.

Il y a encore 10 ans, les profilés alu que l’on trouvait dans les vérandas ou les bâtiments publics étaient traités par ce que l’on appelle le procédé d’anodisation.

L’anodisation consistait à plonger les profils dans un bain chimique qui oxydait par procédé d’électrolyse la surface du matériau sur une profondeur de 5 à 50 micro mètres. Cette anodisation était colorée, et permettait d’avoir des profils de couleur argent, champagne, bronze, or, bleu, rouge…

En clair, tout n’était pas possible mais il fallait s’en contenter car l’ « accroche » des peintures sur le matériau était insatisfaisante.
Cependant, l’apparition de certains composés dans les peintures, comme l’époxy, ou encore l’arrivée sur le marché de composés stables tels que les poudres à thermo laquer, ont changé la donne : à partir de ce moment, toutes les couleurs devenaient possibles pour l’aluminium.

Le thermo laquage est l’action qui consiste à projeter une poudre fine sur les profils, puis à les passer au four afin de fixer la couche de peinture. La chaleur (650°C pendant quelques secondes est le fixateur de la couleur). Cette technique a ouvert la voie à beaucoup de choses significatives : comme le thermo laquage est une poudre, il aura suffit de combiner divers pigments pour obtenir la teinte désirée. Ce qui veut dire aussi qu’il suffit d’un programme informatique pour obtenir la teinte, et surtout la changer en quelques secondes seulement… On n’est plus dans l’obligation de créer un bain couleur qui n’aura de viabilité économique qu’à raison de plusieurs kilomètres de profils.

Au bout de la chaîne, tout le monde est gagnant : le professionnel (poseur, revendeur) qui peut proposer toutes les teintes imaginables et leurs combinaisons, et le client final qui en plus de se voir offrir un choix pléthorique n’aura pas à payer de surcoût, ni à subir des délais outrageants…

Les possibilités techniques ont rapidement trouvé leur apogée dans l’éventail de combinaisons proposées : en d’autres termes, les couleurs des profils ont suivi l’exemple des carrosseries automobiles en proposant une palette de couleurs très vaste (la gamme dite RAL, qui regroupe des centaines de combinaisons).

L’industrie est même allée plus loin :

  • pour la même couleur, proposer trois versions : l’une brillante, l’autre mate, enfin la troisième dite structurée (un peu granuleuse, à la façon des poêles Tefal)
  • permettre la bi coloration : avoir une couleur du côté intérieur, une autre du côté extérieur
  • – les « imitations » de veinages bois, ou d’anciens métaux (vieliis, rouillés) a été rendue possible par le passage en four du profil teinté et introduit au préalable dans une gaine (la « chaussette »). La première couche étant laquée sur le profil (c’est ce qui servira de teinte de base, de « fonds »), on revêt le profil d’une gaine plastique dont l’intérieur a été au préalable imprimé. Cette couche de peinture sur le film plastique (précisons que ce film résiste à la chaleur…) va se retrouver en contact avec le laquage du profil, d’autant plus qu’on va faire un vide d’air dans la gaine avant de la passer au four. Une fois chauffée, cette peinture va se « décalquer » sur la peinture de base, créant un motif. On arrive comme cela à imiter les métaux oxydés, les veines de bois de différentes essences… Et il n’y aura aucun entretien à prévoir !!!

La résistance des laques est telle de nos jours que les profiliers fournissent à des constructeurs des laques garanties QUALICOAT, soit 15 ans de garantie même en milieu marin !!!

Les prix des châssis aluminium ont, malgré l’augmentation du cours des matières premières, aussi été revues à la baisse, grâce aux avancées technologiques industrielles précitées.

Rajoutons à cela que l’aluminium est un matériau noble, stable dans le temps, écologique car lui réellement recyclable à 100% et à l’infini : comment résister ?

A voir également

Quel système d’ouverture ?

Maintenant que vous savez où disposer chacune de vos fenêtres en fonction de l’orientation la ...

One comment

  1. Pingback: Technologie | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *